Humeur #2 : Reculer pour mieux sauter

Aujourd’hui, je suis arrivée à un moment de ma vie où je tente de provoquer les choses pour arriver à mes fins. Quand les méthodes « classiques » n’aboutissent pas, il faut parfois prendre des décisions pour avoir les bonnes clés pour son avenir.

À 26 ans bientôt, je ressens un peu le poids de la société et c’est triste de l’admettre. Célibataire (au sens propre du terme c’est à dire pas mariée), sans enfants (et sans grandes envies d’en avoir), sans travail stable (pôle emploi est mon meilleur pote), sans appart.

Je suis en bonne santé, j’ai un toit sur ma tête, à manger dans mon assiette, trois repas par jour et bien souvent il n’y a plus qu’à réchauffer. Mais je dois dire que j’ai peur de me retrouver tanguy toujours dans ma chambre d’enfants (un peu relookée mais avec tout de même ..). Pas besoin de rappeler que pour accéder à un logement il faut un dossier béton mais parfois, et ce indépendamment de notre volonté, ce n’est pas toujours le cas.

Du fait de ne pas avoir de cocon rien qu’à moi ça joue sur le reste de ma vie perso. Et enchainer activités salariales et périodes d’inactivité ça joue énormément sur le moral. Parce que même en période de travail, on reste constamment en veille pour trouver un autre emploi à peine le contrat finit et ça crée chez certains une fatigue mentale.

J’ai bien vite compris que trouver un emploi aller être plus compliqué que prévu mais je ne pensais pas un jour devoir prendre des décisions  » radicales  » à mes yeux pour y remédier. Et pourtant ..

J’ai décidé de reprendre le banc de l’école. Je ne retourne pas dans un cursus classique. C’est plutôt une formation pour adultes (il existe le même cursus mais en plus long pour les plus jeunes). C’est une formation longue mais qui me permettra d’acquérir de nouvelles compétences et qui me permettra d’accéder à un emploi dans mon domaine plus facilement grâce à cette spécialisation.

Il y a encore deux ans, une personne me suggerait de reprendre les cours mais c’était catégoriquement mort. Du coup, ce choix n’a pas été facile à prendre. Un an en formation signifiait un an de plus chez moi, me retrouver de nouveaux avec des devoirs, passer à nouveau des examens, reprendre les travaux de groupe (diiiiiieu sait que je n’aime pas ça ..). Reprendre les cours implique également une appréhention car l’enjeu est plus important que lorsque je continuais mon parcours scolaire au début de ma vingtaine.

A l’heure où vous lirez ce texte sachez que j’ai écrit ces quelques mots mais que je ne suis pas sur que ce projet professionnel aboutisse (on est début mars et j’aurais ma réponse à la fin du mois mais si je le publie c’est que je serais de nouveau détentrice d’une carte étudiante). On est encore en mars et je stresse de savoir si les démarches me permettront d’accéder à cette formation. Mais je mets mes pensées sur clavier parce que j’espère fort et je suis quasi sure que tout se passera comme sur des roulettes. – Les pensées positives attirent du positif.

Je vous parle rarement de mon Monsieur. Il a repris ses etudes lui aussi. Et c’est bien en partie grâce à lui que je prends cette décision à l’heure actuelle. -Si la grande route ne t’emmène pas là où tu le souhaites alors emprunte le chemin de terre.- J’écris ce texte aussi bien pour me défouler de toutes mes appréhensions mais aussi pour vour dire que parfois il faut reculer pour mieux sauter. Que ce soit mon cas où je quitte un statut salarié (en intérim mais tout de même), changer de branche d’activité (avec un salaire moins élevé au départ) ou se lancer à son compte (zéro revenu), ce n’est jamais facile mais le jeu en vaut la chandelle. Ce seront des changements sur son rythme de vie mais qui auront un impact bénéfique sur le long terme et ce sera le meilleur des investissements.

Je ne vais pas trop m’étaler sur le reste de mes ambitions personnelles. Chaque chose en son temps. Pour l’instant, je prie pour que tout se déroule bien et que je puisse m’épanouir dans la branche qui m’a toujours plu.

– Le meilleur moment pour prendre une décision,
c’est le jour où on décide de la prendre. – Parole de Monsieur

A bientôt,

L.

Publicités

2 Comments

Add yours →

  1. Quel courage ! 😉 Je te souhaite de réussir ta formation et qu’elle puisse t’ouvrir les portes d’un poste qui te permettra de t’epanouir pleinement !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :